> Je regarde Beauty and the beast - The MC Corner Je regarde Beauty & the beast (et je le vis bien) Comments Feed" href="http://themccorner.com/2014/03/je-regarde-beauty-the-beast/feed/" /> peppt> ="http://themccorner.com/wp-json/oembed/1.0/embed?url=http%3A%2F%2Fthemccorner.com%2F2014%2F03%2Fje-regarde-beauty-the-beast%2F&format=xml" /> http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })(); 'ell', 'keller', 'de', 'jai', 'la', 'en', 'app', 'trang', 'afghanistan', 'vincent', 'pa', 'tou']; window._wp_rp_promoted_content = true; The-MC-Corner.png" type="image/x-icon" />
The MC Corner

Je regarde Beauty & the beast (et je le vis bien)

beauty and the beast affiche

Avant toute chose plongeons-nous dans l’ambiance avec le synopsis, voulez-vous :

En 2003, la jeune Catherine et sa mère sont attaquées par un homme. Si Catherine parvient à avoir la vie sauve grâce à l’aide d’une créature étrange, sa mère meurt cette nuit-là. Neuf ans plus tard, elle est devenue détective et reste déterminée à retrouver le responsable. Lors d’une enquête, elle suit la piste d’un certain Vincent Keller, décédé en 2002 en Afghanistan. Elle découvre que ce dernier n’est pas mort, qu’il vit depuis 10 ans en totale réclusion et surtout le reconnaît comme celui lui ayant sauvé la vie. Il s’avère que, sous l’effet de la colère, Vincent se transforme en une bête enragée et incontrôlable. Catherine accepte de protéger son identité et son secret s’il l’aide à découvrir le meurtrier de sa mère. Tous deux entament alors une relation complexe et extrêmement dangereuse…

Quand j’en parle autour de moi, je fais rire mes potes. Faut dire que quand j’ai commencé cette série (il y a un mois… gloups) c’était plus pour la blague qu’autre chose. “Sérieusement, La Belle & la Bête ça attire quelqu’un ? Naaan mais on est en 2014 quand même, faut leur expliquer”.

beauty and the beast 4Et puis, bon, je me suis dit que j’allais regarder quand même quelques épisodes pour me rendre compte. Et aussi parce que c’était la mi-saison et que j’étais complètement en dèche de série. Et aussi parce que j’aime bien me lancer des défis…

Les premiers épisodes sont complètement WTF. Non, en réalité toute la série est WTF, mais ça passe étrangement bien. Il y a plein de moments où je m’ennuierais presque, mais il y a toujours un petit truc qui me remet dans le bain. Résultat, j’arrive pas à arrêter. Alors pourquoi ???

beauty and the beast 5

Beauty and the beast, c’est joli

Visuellement parlant, c’est pas mal du tout. La “Bête” est plutôt moche mais les plans sont intelligemment filmés, dans le noir, de profil, ça passe donc carrément bien. A partir de la saison 2 cependant on nous montre beaucoup plus de “Bêtes” et là, ça devient visuellement moyen. Mais comme je l’ai dit plus tôt c’est complètement addictif alors j’occulte les make-ups ratés et les faux yeux jaunes (hum) et je me concentre sur les plans larges qui sont plus réussis.

J’aime bien l’écriture

Des flics qui ne résolvent pas d’enquêtes. Je répète pour que vous compreniez bien : cette série raconte l’histoire de 2 fliquettes qui ne résolvent officiellement aucune enquête ! Elles se font même remonter les bretelles pour ça. C’est pas banal quand même, généralement on nous présente des flics de compèt’ qui sont numéro 1 du commissariat ET qui ont des doubles vies de malade, tellement qu’on n’y croit pas. Là, elles sont juste mauvaises dans leur job. Le binôme avec le plus petit nombre de cas résolus. Chapeau les auteurs !

beauty and the beast 3

J’aime également la façon dont l’histoire d’amour de la belle & de la bête est abordée. On connait tous le conte, ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfant à poils (berk). On connait aussi le principe des séries avec une histoire d’amour : soit ils (“ils” étant le couple phare de la série) finissent ensemble et la série n’a plus aucun intérêt (on parle de Docteur Mamour et de Meredith Grey ? On parle de Kate Beckett et Rick Castle ?) soit ils passent huit saisons à se courir après et ça devient complètement lunaire.

Dans les deux cas, on décroche vite parce que soit l’histoire est terminée en soi, soit les personnages sont tellement malmenés pour continuer à ne pas se trouver que ça devient totalement incohérent.

Ici, ils se trouvent vite. J’ai ressenti comme une honnêteté vis à vis du spectateur qui pour une fois n’est pas pris pour un con. On attend pas 35 ans un bisou, elle ne part pas en courant “Olala mon Dieu il a mis sa vie en danger depuis des mois pour moi mais alors tu crois qu’il m’aime ? Mais non, c’est sans doute juste qu’il est hyper altruiste comme garçon“. Pas trop de bullshit, une histoire d’amour plutôt cohérente malgré la situation (c’est quand même un mec qui, en vrai, est une bête hein! fallait bosser avec ça!)

Les comédiens sont pas mal

Surtout les seconds rôles, encore une fois. En France, on ne sait pas utiliser les personnages secondaires, mais aux Etats Unis ce sont généralement des personnages étoffés et complexes, qui apportent du corps et de la crédibilité à l’intrigue.

beauty and the beast 2

Austin Basis (JT dans la série) est top en geek qui sacrifie sa vie sociale (inexistante de toute façon) pour garder son pote en sécurité. Le comédien est moche mais touchant (pas moche comme en France genre pas fait exprès, il est juste physiquement quelconque. Comme un mec ordinaire, ton voisin tu vois ?) et son jeu est assez exemplaire.

Tess est très bien campée également, Nina Lisandrello est convaincante en flic agressive embarquée de force dans cette histoire de fou par sa seule et unique amie, l’héroïne.

beauty and the beast

Le rôle de Catherine, la fameuse héroïne, est plutôt bien choisi : Kristin Kreuk qu’on connait de Smallville est assez bonne comédienne malgré quelques ratés. On y croit quand elle parle et les scènes de combat sont quant à elles très crédibles.

En revanche, j’ai du mal avec Jay Ryan qui campe Vincent Keller alias la bête. Outre le fait qu’aucune émotion ne filtre sur son visage et que c’est plutôt embêtant quand tu joues la tristesse ou le découragement, je n’aime pas sa tronche. Voilà, c’est dit, je suis officiellement la pire critique de tous les temps avec mon argument massue “j’aime pas sa gueule“. Par contre, sa voix est assez sympa à écouter (quand même, y’a un peu de positif!)

En conclusion, Beauty & the beast, c’est pas la série du siècle. Mais c’est sympa à regarder surtout si comme moi tu as le gène de l’ado de 16 ans qui adore voir des histoires d’amour à la télé plutôt présent. Rajoute ça à un fond policier (moi les séries d’enquête, c’est mon dada) et tu comprends pourquoi, même si je sais que c’est WTF, même si je sais que c’est un peu capilotracté, même si j’ai parfois un peu honte, je regarde quand même les nouveaux épisodes !

Et toi, y’a des séries que tu assumes moyen ? Dis-moi tout …

About author View all posts Author website

Marine

27 ans et toutes mes dents (non), je confesse une addiction sévère aux fringues à rayures, à Eric Clapton, aux séries US/UK et aux tomates mozza. Chocolat est mon deuxième prénom. Je voue un culte obscur à Hot Shots, Veronica Mars et Mamma Mia le film. A part ça, je vais bien, promis!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *